BONNE FETE DE NOUVEL AN

 

 

 

 

 

 

 

 

Les occasions auxquelles les familles se réunissent pour faire la fête sont multiples et de portées très différentes : anniversaires, fête des mères, baptêmes, mariages, communions, etc. Les fêtes de fin d’année –Noël et Nouvel An- revêtent une symbolique et un aspect particuliers puisque la grande majorité des familles se réunissent à la même période pour faire la fête.

 

Quand des connaissances se rencontrent et échangent quelques nouvelles, elles ne demandent pas « Faites-vous quelque chose à Noël ? », mais « Que faites-vous à Noël ? » Les villes sont illuminées, de nombreux marchés de Noël sont organisés, beaucoup d’entreprises interrompent leurs activités pendant quelques jours, les magasins ouvrent même le dimanche.

C’est tellement naturel de vivre les fêtes en famille qu’il est devenu habituel de rappeler que cette période est encore plus difficile à vivre pour les isolés que le reste de l’année. La solitude pèse encore plus lourd fin décembre.

 

 

Un rituel
Plus que toute autre peut-être, les fêtes de fin d’année obéissent souvent à un rituel. Au départ des représentations sociales de la fête propres à certaines régions et certains milieux sociaux, une sorte de rite s’établit d’année en année dans chaque famille particulière. Il suffit pour s’en convaincre de penser aux troubles et bouleversements qui déstabilisent la famille lorsque celui ou ceux qui organisaient traditionnellement la fête familiale vient à décéder. Que va-t-on faire désormais ? Qui s’en chargera ? Selon quelle procédure ?

 


Chocs divers
Pourtant, cette vision de la fête familiale se restreint au point de vue d’un seul groupe familial, ce qui est loin d’épuiser la réalité vécue par les personnes. Par définition, chaque couple est constitué de deux personnes issues de deux familles d’origine différentes, et donc aussi de deux traditions ou habitudes différentes. La nouvelle famille doit donc chaque fois reconstituer une nouvelle tradition commune, mais aussi vivre avec les liens aux deux familles d’origine. Le type de repas, la fréquentation obligatoire ou non de la messe, le fait de faire des cadeaux, de quelle manière et de quel prix, la manière de s’habiller et tout ce qui tourne autour de la fête change d’une famille à l’autre…

Les différences peuvent dans certaines cas être de détail, dans d’autres révéler des « cultures familiales » assez opposées. Tant que les relations sont au beau fixe, chacun met de l’eau dans son vin et s’en accommode, mais si des tensions apparaissent, gare au clash.


Et ces conflits de dates, de traditions, de culture ne font que s’accentuer et se multiplier lorsque des séparations et recompositions familiales se produisent. Pour certains jeunes parents, par exemple, dont les parents sont séparés et ont reconstitué chacun un nouveau couple, les « obligations » auxquelles il faut répondre ne font que se multiplier. La période des fêtes de fin d’année devient parfois un marathon pénible où ils se demandent comment se débiner ici ou là, obligés parfois de renoncer aux fêtes les plus « relaxe », parce que ce sont les seules où on ne leur en tiendra pas trop rigueur.

 


Fêtes commerciales
Est-ce uniquement une question de culture, c’est difficile à dire. Mais les fêtes de fin d’année sont devenues presque une obligation sociale. Et la société de consommation n’a pas raté l’aubaine. Beaucoup de commerces réalisent pendant les fêtes un chiffre d’affaires alléchant, qui leur permet de compenser les mois creux.


On constate donc qu’aux pressions ou obligations familiales viennent s’ajouter des pressions sociales ou commerciales. Elles pèsent sans doute davantage sur les familles dont les revenus sont limités et qui se sentent obligées de « tenir leur rang ».


Les remarques qui précèdent, dans lesquelles de nombreuse personnes et familles peuvent reconnaître des tensions auxquelles elles ont déjà été confrontées, donnent une image des fêtes nettement moins détendue que ce que la publicité voudrait faire croire.


Comment faire ?
Lorsque l’on se retrouve pris dans des pressions extérieures diverses et multiples, il n’est pas toujours évident de prendre attitude, d’autant que dans les fêtes de famille, par définition, il faut en plus concilier des points de vue différents.


La première chose à faire est sans doute que chacun essaie de mettre au clair ce qu’il souhaite pour lui-même et se renseigne ensuite sur ce que ses plus proches espèrent. Cela ne résout pas tous les problèmes mais cela permet au moins d’identifier les divergences et de les clarifier. En commençant par essayer de déterminer un projet commun à la petite cellule familiale, on pourra peut-être plus facilement passer à la confrontation aux autres cellules.

 

Dans le contexte de relations familiales où le paraître et les jalousies cachées ont souvent une grande importance, la surenchère est souvent à l’œuvre. Il faudra absolument ne pas se dévaloriser par rapport à un frère ou une sœur.


Dans la dynamique des évolutions familiales, il est aussi essentiel de se donner (ou d’imposer) la possibilité de voir les traditions évoluer en fonction des changements des configurations familiales et des âges des protagonistes. Ce qui plaît à 40 ans peut être lourd à 60 et être imbuvable pour les ados. Plus qu’en toute autre occasion, le savant dosage de la vie familiale se révèle un casse-tête au moment des fêtes de fin d’année. Si l’on veut que chacun y trouve du bien-être, il faut faire preuve de beaucoup de souplesse, ce qui est à mille lieues de l’aspect convenu et figé que les fêtes familiales prennent souvent.


Comme on le voit, le rêve de l’harmonie familiale qui sous-tend souvent les fêtes de famille n’est pas garanti d’avance. Les pièges sont nombreux. Pour que ces réunions familiales puissent être de bons moments pour le plus grand nombre et renforcer les liens familiaux, il faut faire preuve d’analyse critique vis-à-vis des obligations culturelles et économiques, de capacité de négociation et de reconnaissance de la légitimité du point de vue de l’autre, de souplesse et d’imagination. Mais au regard du fonctionnement sociologique des dynamiques familiales, qui visent aussi à définir une identité propre, c’est une démarche à relancer sans cesse.

Une formation complète en service de salle à manger et en gestion de restaurant et d'hôtel, pour une carrière au Cameroun ou ailleurs !

CFPF - Evaluation Théorique:

Lundi 02 au Vendredi 06 Décembre 2019.

Evaluation Pratique de Fin de Module: Mercredi 11 au  Vendredi 13 Décembre.

Remise de Notes: Lundi, 16 Décembre.

Stage: Lundi 25 au Vendredi 29 Novembre 2019.

Conseil de Classe: Mardi, 17 Décembre 2019.

1.

222 23 09 82 /

694 38 95 62

Téléphone

6:50 à 16:15

Lundi au Vendredi

Horaire:

Pour nous joindre

 

Essos - Près du Camp Sonel                

B.P. 5133 Yaoundé, Cameroun  

Tél: (+237) 222 23 09 82

Tél: (+237) 694 38 95 62

Tél: (+237) 673 75 47 98

 

 

©  2019 tout droit réservé à Sorawell 

Notre Mission                     

 

Permettre aux jeunes filles d’acquérir et de développer un savoir-faire et un savoir-être indispensable aussi bien pour leur vie professionnelle que personnelle afin de combattre la pauvreté et devenir des personnes responsables de notre société.

 

NOTRE MISSION

Les dernières nouvelles du CFPF Sorawell                     

 

27/03/2019 - Journée Portes Ouvertes
Mercredis 2019 - Concours des Minis-Chefs

07/2018 - Résultat du CAP 2018 - Taux de réussitte 100%

2019- Nos apprenantes ont fait des stages professionnels en étroite collaboration avec le Hilton et le Djeuga Palace