FACTEURS DÉTERMINANTS DE LA REUSSITE SCOLAIRE

 

1.1  L'influence des parents

 

Il est établi que les parents qui coopèrent le moins sont le plus souvent ceux des élèves dits à risque ou en difficulté. Sans leur jeter la pierre, car qui peut nier la difficulté d'être parent, il existe un lien direct et indéniable entre l'attention que la famille accorde à l'école et la réussite scolaire de l'enfant. Il ne s'agit pas tellement d'un manque de temps des parents mais de l'absence de motivation et de confiance en soi qui se transmet à l'enfant

 

Des attitudes et des comportements parentaux tels qu’encourager son enfant dans ses études, le féliciter pour ses réalisations, lui exprimer de la tendresse, le superviser adéquatement, avoir des attentes élevées et une attitude positive face à l’éducation, à l’école et aux tâches scolaires, être un modèle de parent-lecteur et s’impliquer dans la vie de l’école ont des effets positifs sur la réussite du jeune. À l’inverse, le peu de soutien affectif, la faible participation parentale au suivi scolaire, la perception négative que les parents ont des capacités de leur enfant à réussir, le peu de valorisation de l’éducation ou encore les faibles aspirations scolaires des parents à l’égard de leur enfant peuvent avoir des répercussions négatives sur sa persévérance scolaire, notamment en ce qui a trait à ses aspirations, sa motivation, voire son rendement scolaire.

 

1.2  Le Milieu socio-économique

 

Au moment où l'échec scolaire est régulièrement invoqué pour justifier une sélection plus stricte à l'entrée des filières et des niveaux d'études, il n'est pas inutile de rappeler que la réussite scolaire et l'orientation des élèves sont déterminés par leur origine sociale, bien plus que par de prétendues «capacités”. Mais nous venons de voir que l'origine sociale est un déterminant crucial de la réussite et de l'orientation scolaires.
Pour plusieurs familles vivant sous le seuil de la pauvreté, la préoccupation première demeure la satisfaction des besoins fondamentaux comme celui de manger à sa faim. Il faut rappeler également que cette pauvreté est le lot de plusieurs familles monoparentales. Les chefs de ces familles, majoritairement des femmes possèdent peu de ressources et de soutien pour élever un ou plusieurs enfants. Les études de toutes sortes ont démontré le lien entre la "défavorisation" et la réussite éducative. Comme l'a rappelé justement un mémoire "La pauvreté est plus qu'un handicap économique. Elle est aussi une véritable disqualification tant sur le plan social que sur celui du vécu quotidien". Dans un tel contexte, les obstacles à la réussite sont nombreux.

 

* Contexte socioculturel et socioéconomique 
- Quartier de résidence – voisinage 

L’enfant est influencé par ses pairs (ami(es), voisinnage, etc... ) et a tendance à les imiter et à se conformer aux caractéristiques du voisinage. En d’autres termes, les jeunes vivant au sein d’une même communauté seront enclins à adopter les modèles de comportement de leur entourage immédiat, qu’ils soient positifs ou négatifs. Ce déterminant est évidemment intimement lié au contexte socioculturel et socioéconomique. Les quartiers défavorisés, les milieux ruraux éloignés, les secteurs à forte concentration de pauvreté manifestent à leur échelle différentes problématiques, dont, régulièrement, celle du décrochage scolaire. Dans l’analyse du contexte socioculturel et socioéconomique, on prendra notamment en compte les taux de chômage et d’inactivité ainsi que la scolarité des parents, principalement celle de la mère.

 

* Alimentation et activité physique
Les habitudes de vie, dont l’alimentation et l’activité physique, sont fondamentales pour le développement du jeune, son bien-être, son estime de soi, son épanouissement personnel et social ainsi que sa santé, soit autant d’éléments liés à sa réussite éducative. Les jeunes qui pratiquent une activité sportive ont généralement une capacité d’attention plus grande à l’école et un meilleur rendement cognitif. Au contraire, une alimentation inadéquate et un comportement sédentaire peuvent interférer avec l’apprentissage et la réussite scolaire

 

*  Tabac-alcool-drogues
L’usage abusif du tabac, de l’alcool et des drogues est parfois symptomatique d’un mal-être à l’école ou dans les sphères personnelle et familiale du jeune. Dans certains cas, la consommation d’alcool et de drogues constitue pour le jeune une stratégie d’évitement ou de fuite des responsabilités scolaires, dont le choix de carrière. Cette consommation a également un effet néfaste sur le développement général du jeune, autant pour sa santé physique que psychologique, à une période de la vie où la maturation du corps et du cerveau n’est pas complétée

 

* Accessibilité

L’accessibilité à certains services (bibliothèques ...) peut s’avérer problématique pour les jeunes et les familles, par exemple en raison de l’éloignement géographique, de la disponibilité des places ou encore de la répartition des ressources entre les quartiers ou villes.

 

1.3  L'influence du personnel enseignant

 

De leur côté, les éducateurs ont l'occasion et le devoir de tenir compte des aptitudes, des intérêts et des antécédents de leurs élèves lorsqu'ils conçoivent leurs plans de cours et enseignent leurs matières. Ce faisant, ils peuvent pallier les désavantages qui touchent leur population étudiante. Pour réellement aider ces jeunes, il faut leur donner un meilleur soutien individuel leur permettant de découvrir ce qu'ils sont et ce qu'ils veulent. Il faut leur donner les informations nécessaires pour qu'ils puissent aller chercher la formation dont ils ont besoin. Plusieurs, et principalement les jeunes, veulent que l'école soit plus qu'un lieu où l'on donne un enseignement. On souhaite que l'école devienne un milieu de vie et un lieu de culture pour les jeunes. On suggère de donner aux conseils étudiants la place qui leur revient au sein de l'école et de développer les activités parascolaires.

 

* Relation maître-élèves (enfance et adolescence)
L’enseignant est un adulte significatif pour le jeune, au même titre que ses parents. La qualité de la relation entre l’enseignant et l’élève exerce ainsi une influence prépondérante sur la réussite scolaire de ce dernier, une influence parfois sous-estimée par l’enseignant lui-même. L’activité intellectuelle de l’apprentissage nécessite un minimum de sécurité et de bien-être auquel peut contribuer l’enseignant par des interactions chaleureuses et positives. L’enseignant a un impact majeur sur la perception qu’ont les élèves de leurs compétences, leur engagement scolaire, leur appréciation de la valeur des matières scolaires, leurs attentes de succès ainsi que leur rendement académique. La qualité de la relation est d’autant plus importante pour les élèves exposés à plusieurs facteurs de risque de décrochage. Les conflits avec les enseignants sont souvent invoqués par les décrocheurs pour expliquer leur abandon.

 

1.4 Les Comportements de l' étudiant


Il y a également d'autres facteurs de risque qui peuvent influencer la réussite scolaire, notamment ceux reliés à des attitudes inadéquates tels que le repli sur soi, l'agressivité, la faible estime de soi, la perception négative de l'école, etc. Un participant a même estimé à plus de 80 % le taux d'abandon des élèves en difficulté de comportement. Statistiquement, ces facteurs de risque apparaissent plus fréquemment dans les milieux socio-économiques défavorisés (1).

Le temps consacré à l'apprentissage et la confiance dans ses capacités sont les deux facteurs les plus importants pour la réussite scolaire (1).
Les jeunes qui étudient et font leurs devoirs ont plus de chances de réussir que celles et ceux qui ne les font pas.

 

2.1  Les Outils et techniques d'apprentissage


Emphase sur la langue d'enseignement en relation avec le succès "L’apprentissage de la langue d’enseignement doit faire l’objet d’une attention prioritaire. En effet, l’apparition précoce de cet écart dès les premières années de scolarisation, l’importance de celui-ci comparativement à ce qui est observé pour les autres matières scolaires et sa persistance tout au long de la scolarité obligatoire en font l’un des déterminants majeurs de l’écart de réussite plus général que l’on observe entre les garçons et les filles.".

 

(La suite à notre prochaine rubrique)

 

 

Une formation complète en service de salle à manger et en gestion de restaurant et d'hôtel, pour une carrière au Cameroun ou ailleurs !

CFPF - Evaluation Théorique:

Lundi 02 au Vendredi 06 Décembre 2019.

Evaluation Pratique de Fin de Module: Mercredi 11 au  Vendredi 13 Décembre.

Remise de Notes: Lundi, 16 Décembre.

Stage: Lundi 25 au Vendredi 29 Novembre 2019.

Conseil de Classe: Mardi, 17 Décembre 2019.

1.

222 23 09 82 /

694 38 95 62

Téléphone

6:50 à 16:15

Lundi au Vendredi

Horaire:

Pour nous joindre

 

Essos - Près du Camp Sonel                

B.P. 5133 Yaoundé, Cameroun  

Tél: (+237) 222 23 09 82

Tél: (+237) 694 38 95 62

Tél: (+237) 673 75 47 98

 

 

©  2019 tout droit réservé à Sorawell 

Notre Mission                     

 

Permettre aux jeunes filles d’acquérir et de développer un savoir-faire et un savoir-être indispensable aussi bien pour leur vie professionnelle que personnelle afin de combattre la pauvreté et devenir des personnes responsables de notre société.

 

NOTRE MISSION

Les dernières nouvelles du CFPF Sorawell                     

 

27/03/2019 - Journée Portes Ouvertes
Mercredis 2019 - Concours des Minis-Chefs

07/2018 - Résultat du CAP 2018 - Taux de réussitte 100%

2019- Nos apprenantes ont fait des stages professionnels en étroite collaboration avec le Hilton et le Djeuga Palace