VIE SPORTIVE ET ACTIVITÉ PHYSIQUE À L'ÉCOLE

 

L'école, comme milieu de vie des jeunes, offre plusieurs possibilités de pratique d'activités physiques et sportives. 

 

Plus d’activité physique à l’école favoriserait la réussite scolaire

 

Consacrer plus d’heures à l’activité physique en milieu scolaire améliorerait la performance scolaire des élèves, même en retranchant des heures à l’enseignement des autres matières.

 

C’est ce qu’a affirmé François Trudeau, directeur du Département des sciences de l’activité physique à l’Université du Québec à Trois-Rivières, les conseils d’établissements hésitent à couper des heures d’enseignement pour consacrer plus de temps à l’activité physique, « car ils craignent une réduction de la performance scolaire ».

 

Or, en retranchant jusqu’à 5 h de classe par semaine pour les remplacer par de l’activité physique, les élèves auraient des résultats semblables - voire meilleurs - que ceux qu’ils avaient auparavant.

C’est la conclusion à laquelle François Trudeau en est venu après avoir mené une revue d’études, qui a été publiée en 2008.

« Même en coupant des heures d’enseignement, la moitié des études montrait qu’augmenter le temps d’éducation physique permettait aux élèves de maintenir d’aussi bons résultats - ce qui signifie que leurs performances se sont améliorées puisqu’ils ont eu moins d’heures de cours », explique-t-il.

 

L’autre moitié des études qu’il a analysées montrait que les résultats scolaires s’étaient même améliorés. (Voir encadré ci-dessous)

 

Pourquoi miser d’abord sur l’école pour accroître le niveau d’activité chez les jeunes?

« Parce que 98 % des enfants vont à l’école, rappelle M. Trudeau. C’est accessible à tout le monde, peu importe le milieu dont on provient. »

On a d’ailleurs observé que, chez les jeunes issus de milieux défavorisés, ceux qui s’adonnent à une activité physique parascolaire ont de meilleurs résultats en mathématiques que ceux qui ne bougent pas.

« Nous pensons que c’est la présence des adultes en milieu scolaire et parascolaire qui influencent ces jeunes : ils voient plusieurs modèles d’adultes et ça les motive à poursuivre l’école », croit M. Trudeau.

Par ailleurs, une étude américaine qui sera prochainement publiée ajoutera, selon lui, à la pertinence de faire bouger davantage les jeunes en milieu scolaire : les élèves sédentaires affichant un surplus de poids éprouveraient des troubles métaboliques qui accentueraient les problèmes d’apprentissage.

 

Des bienfaits au-delà de la forme physique

Voici les principales conclusions qui ressortent des études analysées par François Trudeau, traitant de l’effet de l’activité physique sur la réussite scolaire.

 

  • Augmenter le nombre de cours d’éducation physique améliorerait les résultats scolaires, même en réduisant le nombre d’heures consacrées aux autres matières.

  • À l’inverse, sacrifier des heures d’éducation physique au profit de plus d’heures d’enseignement en classe n’améliorerait pas la performance scolaire en plus d’être nuisible à la santé des jeunes.

  • L’activité physique aurait un effet positif sur certains déterminants de la réussite scolaire, dont le comportement en classe, l’estime de soi, l’image de soi, la satisfaction envers l’école et le sentiment d’appartenance à l’école.

  • Les jeunes qui se considèrent comme des athlètes ont moins de comportements dérangeants en classe, en plus de rehausser leur satisfaction envers l’école et leur sentiment d’appartenance - deux déterminants qui préviennent le décrochage scolaire.

  • Plus d’activité physique chez les enfants souffrant de troubles de comportement et d’apprentissage se traduirait par de meilleurs résultats scolaires et de meilleurs comportements en classe.

  • Les effets de l’activité physique sur la réussite scolaire se maintiennent à long terme.

  • En plus de réussir leurs études universitaires, les athlètes d’élite ont tendance à avoir plus de succès sur le marché du travail que les non-athlètes.

 

L’obésité plafonnerait chez les jeunes

Chercheur à la Direction du sport et de l’activité physique du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), Guy Thibault croit que les parents ont commencé à appliquer les nombreux messages visant à faire bouger davantage les enfants.

 

« On a récemment observé une légère diminution de l’obésité chez les jeunes, a-t-il soutenu. Il est trop tôt pour parler d’une avancée en ce sens, mais on peut penser que l’obésité plafonne. »

 

Selon Guy Thibault, il faut proposer aux jeunes des activités diversifiées, sans se restreindre à un nombre précis de minutes d’exercice à cumuler chaque jour. « En matière d’exercice physique, en faire un peu c’est déjà beaucoup et en faire plus c’est toujours mieux », indique-t-il.

 

De plus, il rappelle aux parents d’éviter de mettre de la pression sur leurs enfants qui font du sport ou de présenter l’activité physique comme une corvée nécessaire. « Les notions de plaisir et de jeu doivent demeurer centrales », insiste Guy Thibault.

 

 

Comment les familles peuvent‑elles encourager une vie active saine?

  • Limitez le temps que vos enfants et adolescents passent à regarder la télévision, à jouer à des jeux vidéo et à naviguer sur Internet : ils ne doivent pas consacrer plus d’une à deux heures par jour à ces activités. La Société canadienne de pédiatrie décourage les activités devant un écran (télévision, jeux vidéo, appareils portatifs, etc.) pour les enfants de moins de 2 ans.

  • La pratique d’un sport organisé (comme faire partie d’une équipe de soccer ou de hockey) ne suffit pas à garder les enfants et adolescents en santé. Encouragez vos enfants ou vos adolescents à être actifs chaque jour. Ils peuvent aller chez des amis à pied ou à vélo, sauter à la corde ou aller jouer au parc ou au terrain de jeu du quartier.

  • Si vous emmenez vos enfants à l’école en voiture, essayez plutôt d’y aller à pied, ou organisez un club de marche avec vos voisins.

  • Encouragez vos enfants à utiliser les escaliers plutôt que l’escalier roulant ou l’ascenseur.

  • Faites participer vos enfants à des travaux ménagers comme transporter les sacs d’épicerie, ratisser les feuilles ou pelleter la neige.

  • Assurez-vous que les activités sont sécuritaires. Les enfants et adolescents doivent porter de l’équipement protecteur lorsqu’ils pratiquent des activités comme le vélo, le patin, la planche à roulettes, le soccer et d’autres activités physiques

 

 

Une formation complète en service de salle à manger et en gestion de restaurant et d'hôtel, pour une carrière au Cameroun ou ailleurs !

CONCOURS D'ENTRÉE AU CFPF SORAWELL:

A partir du: Mardi 14 Juillet 2020.

Activités de vacances (Filles de 14 - 18 ans): Vendredi 10 Juillet au  Samedi, 1er Août.

Activités de vacances(Filles de 10 - 13 ans):: Mercredi,08 Juillet au Samedi 1er Août.

1.

222 23 09 82 /

694 38 95 62

Téléphone

6:50 à 16:15

Lundi au Vendredi

Horaire:

Pour nous joindre

 

Essos - Près du Camp Sonel                

B.P. 5133 Yaoundé, Cameroun  

Tél: (+237) 222 23 09 82

Tél: (+237) 694 38 95 62

Tél: (+237) 673 75 47 98

 

 

©  2020 tout droit réservé à Sorawell 

Notre Mission                     

 

Permettre aux jeunes filles d’acquérir et de développer un savoir-faire et un savoir-être indispensable aussi bien pour leur vie professionnelle que personnelle afin de combattre la pauvreté et devenir des personnes responsables de notre société.

 

NOTRE MISSION

Les dernières nouvelles du CFPF Sorawell                     

 

27/03/2019 - Journée Portes Ouvertes
Mercredis 2019 - Concours des Minis-Chefs

07/2018 - Résultat du CAP 2018 - Taux de réussitte 100%

2019- Nos apprenantes ont fait des stages professionnels en étroite collaboration avec le Hilton et le Djeuga Palace